(#023) Journal de bord – Une journée en concours complet : CSO et cross. (2/3)

L’épreuve de dressage est donc terminée, bien que médiocre. Bon, c’est le début d’après-midi, il est temps de se replonger dans le bain ! Contrairement au matin, ce ne sont pas les Clubs 3 qui passent en premier mais il faut y aller quand même : la reconnaissance est la même pour tous. Celle du cross est faite, reste l’obstacle. Pour ce concours-ci, on passe le CSO et on file directement pour le cross. Vous avez dit physique ? Oh oui, et pas qu’un peu. Il y a cinq à dix minutes de battement entre les deux, juste le temps de faire marcher un peu les chevaux. Bref, les copains des épreuves Poneys passent et puis c’est à nous de nous préparer. Hop là, le cher B. est resellé et prêt à repartir. Enfin presque, il est toujours aussi mollasson et froid à la jambe que ce matin… Mais tant pis, ce n’est plus vraiment le moment de se poser des questions.

La détente (donc globale pour CSO et cross vu que les deux épreuves se font à la suite) est loin d’être excellente. Manque de préparation, stress, poney pas franchement réactif… Revoilà le duo débutante/shetland sur la piste. Autant la détente du dressage, sur le terrain de cross, était à ciel ouvert, sur un grand espace, autant celle-ci se passe dans la manège où on a passé l’épreuve de dressage. La grande habituée des détentes en concours ironie que je suis trouve cet espace sacrément étroit pour plus de six chevaux et tout autant de coachs bruyants donc ce n’est pas franchement sereine et détendue (ahah) que je détends le poney gris. Et puis bon sang mais qu’ils sont grands ces chevaux qui filent vers nous ! D8 (Pas tant que ça sans doute mais vu la taille du manège et celle de B., j’avais l’impression de voir des chevaux énooormes partout, partout, partout). Bon. C’est l’heure de rentrer en piste et on y va, pas hyper emballés vu notre prestation du moment.

Étonnamment, le parcours se passe bien. Mieux que la détente. Je rencontre nos habituels soucis du poney qui ne tourne pas mais tous les obstacles sont passés. Deux barres. Une de ma faute, une juste après un énième virage difficile (difficile à tourner hein, le virage en lui-même n’avait rien d’extraordinaire). Ajoutez à ça un obstacle juste en face qui lui faisait de l’œil et vous avez perdu le poney qui ne tourne pas. « Quoi, on ne saute pas lui ? » « Non, il est dans l’autre sens lui, tourne ! » « Mais on tourne ? » « Oui, touuurne ! » Galère bonjour ? Mais outre ça, c’est bon, ça s’est bien passé pour notre premier parcours d’obstacle aussi long, avec des gens tout autour, dans un cadre inconnu. Mine de rien, je suis contente de moi. Hop, direction la sortie pour the épreuve d’un CCE : le cross.

On tourne un peu dans un rond de longe pour que le poney gris souffle un peu, on papote trois minutes avec la coach, on respire… Ah, je n’ai pas dû respirer depuis le début de la détente en fait… Bon, on se réoxygène au max, on dit coucou à la copine venue voir notre super duo de choc… Et puis c’est l’heure d’entrer dans la boîte (soit le point de départ du cross, en forme de carré, d’où le nom). « Quand vous voulez », c’est notre signal du départ donc on s’élance ! Et… Pardon B. mais même là tu trouves le moyen de te traîner ? Aller, zou, on y va ! C’est pourtant un adepte des grands espaces et des galops effrénés ce poney mais là… Bon d’accord, il est stressé, il est mou depuis septembre et en plus on vient de se farcir un parcours d’obstacles. Soit. Mais on va quand même se bouger un chouillat.

On passe le 1, un banc encadré de tonneaux colorés, easy et on court vers le 2, beaucoup plus loin. Le galop entre les deux lui fait du bien, il se décoince un peu. Bon, ce 2, je n’ai pas réussi à retrouver comment il s’appelle. En gros, un obstacle constitué de tonneaux en haut d’une butte. Tout va bien, on y va avec courage… jusqu’à ce que B. voit que derrière, c’est pas aussi plat que d’habitude. Forcément, c’est en haut d’une butte. Espèce de semi-arrêt (où je manque bien de continuer toute seule), je l’encourage et il saute. Bon, ça manque de classe tout ça mais il est franchi du premier coup, c’est tout ce qui compte ! Je récupère mes étriers partis en vadrouille et nous voilà repartis !

Le 3, sans doute l’obstacle le plus simple de notre parcours, paf, refus. Là pareil, je n’ai pas encore bien le nom en tête et ce n’est pas évident de retrouver tous les obstacles sur Internet. C’était ce qui pouvait s’approcher d’un « toit de bergerie » d’après mes souvenirs, mais rien de bien flippant pour le poney gris a priori. Donc bon tant pis, volte et cette fois pas de blague, on saute ! Et B. saute. Tant mieux, on continue.

Le 4, c’est un double, deux troncs à une ou deux foulées d’écart mais pas franchement alignés. Après le refus sur le 3, je n’y vais pas sereine mais ça passe bien. Pouf le tronc 1, paf le tronc 2 et en avant ! Par contre j’ai encore oublié de respirer… depuis le départ je crois. On galope, on ralentit sur les crottins qui tapissent un coin et on avance. C’est le bon moment, l’obstacle suivant n’est pas pour tout de suite. On sort du bois et on arrive au gué. Vu toutes les flaques qu’on a passé en endurance, je ne pensais pas trouver là de difficulté… Mais B. n’est jamais entré dans le gué. J’ai eu beau tout faire, rien à faire, c’était non. L’organisateur nous souffle d’oublier le gué et de finir le parcours. Le 6 est donc à la sortie du gué et y aller en longeant l’eau nous offre un abord bancal. Mais on la saute, cette palissade orange et blanc, on la saute !

Maintenant, c’est le 7, le contre-bas, mais ça ça va, on a pu s’entraîner à l’avance donc il ne regarde même pas. J’admets que j’ai oublié ce qu’était le 8… Un truc tout bête, peut-être un nouvel obstacle type « toit de bergerie » ou peut-être un dôme… Mais il passe bien en tout cas ! Le neuf, c’est une haie, une grande haie. B. n’a jamais franchi de haie de sa vie (moi non plus d’ailleurs) mais même pas peur !

Edit du 01.11.2016. Je viens de retrouver précisément le parcours de cross ! Il s’agissait donc d’un parcours de Club 3 de 1 100 mètres à effectuer à 400 mètres/minute. Le temps se situait entre 2m30 et 2m45.

plan-cross-leognan-article-23 

1. Banc – 2. Barrique (butte) – 3. Pyramide – 4a. Tronc – 4b. Tronc – PO du gué – 5. Palissade – 6. Contre-bas – 7. Dos d’âne – 8. Haie.

 

Maintenant nous pouvons respirer. Nous sommes éliminés à cause du gué mais ce n’est pas grave, au moins on a vu ce qu’était un CCE et un parcours de cross. Je descends et on rentre jusqu’au camion à pied (le fait qu’il soit loiiiin du centre des événements est pour une fois utile). Le reste de l’après-midi, une fois les membres douchés et la ration avalée, c’est grattouilles au poney, balade et brouting un peu partout (et vu que le point d’eau est loin, autant amener le poney là-bas plutôt qu’un saut au camion, c’est plus simple). Il a le droit à quelques bonbons par ma grand-mère et mon frère venus voir ce qu’était un cross, et même ma mère, elle aussi de la partie, accorde quelques « patpat » au poney-chou. Chanceux va, elle a peur des chevaux !

Bon, une fois de plus je m’étale, je m’étale… Je conclurai dans un troisième article sur mes conclusions. ;D

Rendez-vous sur Hellocoton !2 chevaliers sympas ont aimé cet article !

One Reply to “(#023) Journal de bord – Une journée en concours complet : CSO et cross. (2/3)”

  1. […] de dressage et celles de saut et de cross sont donc terminées. Nous sommes éliminés à cause du gué malheureusement mais je ne m’en […]

Laisse ton avis !