(#008) Bavardage (littéraire) – De l’importance de la lecture.

Voilà longtemps que je voulais écrire un article sur la lecture et son importance, et ce peu importe le domaine. Longtemps, la lecture n’a été pour moi que constituée de romans, de mangas, de bandes dessinées… Bref, pas grand-chose à voir avec la connaissance. Côté cheval et équitation, je me contentais de lire Cheval Star (enfin ça remonte un peu maintenant et d’ailleurs le magazine n’existe même plus en tant que tel) et de réviser sur mon livre de Galops 1 à 4. Rien de transcendant, et surtout rien de très instructif.

Et puis au début de cette année, je posai une question stupide à ma prof. Vous savez, ce genre de question totalement débile, dont on connaît très souvent la réponse mais… on la pose quand même. Histoire d’être sûre, ou simplement pour voir si la réponse n’a pas changé entre temps… Autant dire que je me suis faite envoyée aux pelotes, à coup de « Mais enfin, il faut lire ! Comment vous voulez apprendre des choses sans lire ! » (Vu l’emploi de la deuxième personne du pluriel, je dirais sans trop de risque que je ne suis pas la seule à ne pas lire assez, du moins parmi les cavalier.e.s de club.)

Lecture équestre livre cheval galops 1 4 5 7
— Les livres envahirent alors mon chez-moi.

« Mais enfin, il faut lire ! Comment vous voulez apprendre des choses sans lire ! »

Comment souvent, ce n’est pas tombé dans l’oreille d’un sourd et… je me suis mise à lire. Pour l’équitation mais aussi pour l’aquariophilie et beaucoup d’autres thèmes. Vous savez quoi ? C’est l’une des meilleures choses que j’ai eu faite fin 2015 et c’est aussi un truc que je poursuis assidûment cette année : la lecture. La lecture pour la connaissance. Je n’ai pas délaissé mes romans et mes mangas mais j’entrecoupe le tout d’ouvrages sur les chevaux ou sur l’équitation, sur les poissons ou sur l’aquariophilie.

Côté cheval, on découvre des dizaines de trucs sur la biomécanique, les mœurs ou que sais-je. Sur l’équitation, la notion d’équilibre (par exemple) devient enfin claire. Et c’est comme ça à l’infini ! Parce que concrètement, quand on prend un cours dans un centre équestre, beaucoup de détails sont laissés de côté et c’est au cavalier d’aller se renseigner aussi. Il s’agit d’être un minimum autonome dans son apprentissage et de faire ses devoirs. (Comme à l’université en définitive.)

Se pencher vers le marché de l’occasion.

Après, la lecture est parfois limitée par le coût des livres… ou leur rareté ! Les livres sur le monde équestre coûtent chers (ils tournent souvent autour d’une trentaine d’euros, voire plus), parfois pour un contenu assez mince. Sans doute très bien mais une centaine de pages pour plus de vingt euros, le porte-monnaie n’apprécie pas toujours. (Le mien fuit en courant en tout cas.) Côté aquariophilie, c’est la rareté qui pêche. Ceux du commerce sont futiles, n’abordent que le lancement d’un aquarium sans chercher à approfondir. De quoi contenter un type qui mettra ses poissons dedans sans chercher à en savoir plus. On prend un de ces livres et c’est bon, on les a tous lu. Tristesse pour l’avaleuse de savoir que je suis devenue.

Mais à cela il existe une solution toute simple ! Eh eh, oui ! Et qui représente une solution aussi bien pour le prix que pour la rareté ! Les… Bouquinistes, les magasins de livres d’occasion. Déjà parce qu’on a des chances de tomber sur des livres anciens, assez rares, parfois inattendus, et ensuite parce qu’étant d’occasion, ils dépassent rarement la vingtaine d’euros (sauf exception : livre très rare, très gros, très cher à l’origine). Je me désolais devant les bouquins d’aquariophilie… Pour huit euros j’ai déniché deux ouvrages qui répondaient à mes attentes, notamment concernant la santé de l’aquarium et des domaines plus pointus sur les biotopes (plus pointus que dans Créer son aquarium d’eau douce par exemple).

Côté cheval, je suis tombée sur un rayon énorme, bien mis en valeur et… terriblement rempli ! Alors ce n’est pas forcément les derniers livres à la mode mais le petit prix permet de tester. J’ai déniché Obstacle, conduit et style du lieutenant-colonel Gudin de Vallerin… Pourquoi ne pas le lire ?

Lire un livre ne veut pas forcément dire être d’accord avec tout ce qu’il y a dedans !

Au contraire, lire de tout et de tout les styles (d’auteurs, de thèmes, de pensées…) permet de se faire son propre avis… en sachant de quoi on parle. C’est très beau de défendre les paroles d’un auteur quelconque mais si on ne sait pas ce qu’ont dit les autres, on n’aura qu’une connaissance limitée.

De même, on peut être absolument ok avec une partie de la pensée d’untel mais être contre autre chose et préférer la vision d’un autre untel. Notre avis n’appartient qu’à nous mais pour le développer, il faut s’en donner les moyens. Être contre le ferrage par exemple, pourquoi pas ! Mais autant lire aussi des articles écrits par des gens pro-fers pour voir exactement quels sont leurs arguments et chercher de quoi les contrer. (Ceci est un exemple.) Mais je m’éloigne de mon sujet.

Lecture équestre livre cheval poney culture galops 1 4 5 7
— Pour le prix d’un neuf, se rendre chez un bouquiniste vous permet d’en prendre trois ou quatre, voire plus !

La lecture est donc facile si on se donne les moyen d’y accéder : n’importe qui peut lire, mais parfois il faut traverser sa ville pour trouver un magasin qui corresponde à nos attentes. De même, la lecture permet de se forger une solide base de connaissances et de modeler sa propre opinion en fonction de nos croyances. Sur ce point, je la trouve plus intéressante que les discussions sur forums, généralement agressives, qui n’apportent que très peu excepté la sensation agaçante d’être soit à côté de la plaque, soit idiot, soit un monstre. (Peu importe le domaine, équestre ou aquatique, les gens sont tous les mêmes : intolérants et sectaires. Et Internet exacerbe tout cela.)

La lecture permet de se faire son avis dans son coin, en silence et sans incitation d’un parti ou d’un autre et ça me semble bien utile avant d’aller échanger avec d’autres cavaliers (aquariophiles aussi !) intimement convaincus de détenir la science infuse. D’autant qu’ils se révèlent régulièrement… être dans l’erreur, ou au moins dans l’inexactitude (ou l’excès).

N’oublie pas les autres supports !

Enfin, les magazines apportent beaucoup aussi : ils parlent de l’actualité, de la pensée actuelle, des grands, etc. Là encore, lire un magazine ne signifie pas en partager toutes les croyances… Mais c’est plutôt bien pour rester au fait de l’actualité, parfois découvrir des choses improbables et autre. C’est une forme de lecture comme une autre qui apporte autant.

Voilà, je m’arrête ici dans mon petit plaidoyer sur la lecture ! Je reviendrai très probablement sur ce sujet prochainement à travers un article sur un ouvrage ! Je me dis que partager un peu sur les livres ne peut être qu’une bonne chose. ♥

Et toi, quel livre t’a particulièrement marqué ?

POUR UN PEU PLUS DE LECTURE…

PONYDRIVER SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX. (Aime-nous. ) (Nous, on t’aime déjà.)

(Article remis en page le 25 février 2018)
Rendez-vous sur Hellocoton !3 chevaliers sympas ont aimé cet article !

5 Replies to “(#008) Bavardage (littéraire) – De l’importance de la lecture.”

  1. Personnellement 3 livres équins m’ont particulièrement plu! « La leçon d’équitation » de Sara Gruen, et les deux livres de la série « le journal intime du cheval Crac » de Sylvie Overnoy! 🙂

    1. Ah des romans ! ** Je viens d’aller voir de plus près et… ma foi, ça me donne bien envie d’essayer aussi ! Je pense que je vais rapidement les rajouter sur ma pile-à-lire. ♥

  2. Très bel article !! Moi, j’ai récemment terminé un roman très très passionnant sur les chevaux avec des aventures formidables pour l’héroine, c’est « Cheval d’orage » de Lauren St John !!

    1. Ah oui, celui-là (ceux-là même, j’ai souvenir de pages rose et de pages bleues) je les vu en librairie et la couverture avait attiré mon attention ! Mais du coup, tu me donnes envie d’y jeter un coup d’oeil plus attentif à l’occasion !

  3. […] par dessus tout concilier mes deux passions. J’avais déjà écrit un article sur l’importance de la lecture ainsi qu’une première critique de livre sur le Silence des chevaux de Pierre Enoff et je […]

Laisse ton avis !