(#001) Bavardage – De la maltraitance animale : plaidoyer pour le poisson rouge.

Le poisson rouge, ou « Carassius Auratus » (cyprin doré) de son nom scientifique, est un poisson d’eau douce particulièrement résistant et terriblement répandu dans le monde de l’aquariophilie. Il est bien souvent le premier poisson que l’on peut acquérir, distribué comme lot sur les foires, les kermesses ou autre. Il est aussi l’un des poissons les plus mis en valeur dans les animaleries, de par son faible prix… et son image légendaire. Qui n’a jamais vu l’image d’un mignon petit poisson rouge dans un bocal rond, tournant inlassablement autour de sa plante en plastique et finissant ses jours sur le carrelage, jeté dans les toilettes ou simplement mort d’une bien mystérieuse façon ?

IMG_2397source : http://shirleyauquebec.canalblog.com/

Pourquoi ne faut-il pas mettre un poisson rouge dans un bocal ?

De manière générale, un bocal ne peut abriter de poisson, peu importe sa taille, son espèce ou ses besoins. Un bocal pourrait à la limite permettre de cultiver ses plantes aquatiques, avec éventuellement quelques escargots (comme la Planorbe). Au-delà de ces simples considérations, et parce que lui plus que n’importe quel autre souffre de cette image de poisson dans un bocal, le poisson rouge n’est tout simplement pas… un poisson d’aquarium (exception faite d’immenses aquariums de plus de 400 litres). Vendu à l’état juvénile, le poisson rouge ne fait encore que quelques centimètres et rentre parfaitement dans un petit bocal bien rond et bien mignon. Ses couleurs chatoyantes et ses formes variés le rendent également très attirant. Cependant, il ne faut pas oublier que comme tout bébé animal, petit poisson rouge finira par devenir grand ! Et un poisson rouge adulte mesure trente centimètres.

Bien sûr que non ! Le poisson rouge est pratique, il s’adapte à l’espace qui lui est offert.

Oui… Mais non. Certes, petit poisson rouge ne deviendra jamais grand s’il reste coincé dans un bocal de quelques litres à peine (je parle de bocal, donc contenant sphérique, mais cela fonctionne aussi pour les nano-aquariums), mais il ne s’adapte en aucun cas à la taille de l’aquarium. Disons que face à l’impossibilité de grandir correctement (essayez de mesurer trente centimètres dans un bocal dont le diamètre maximal doit faire une vingtaine de centimètres tout au plus), le poisson voit ses organes subir d’importantes déformations. Extérieurement, il ne grandit pas, reste en vie grâce à son immense résistance (qui finalement lui fait davantage de mal que de bien) et souffre.

Il est à noter que le nanisme subit par le poisson rouge n’est pas le seul facteur conduisant au terme de maltraitance. De par sa forme sphérique, la zone de jonction entre l’eau et l’air (où se déroulent donc des échanges gazeux permettant à l’eau de s’oxygéner un peu) est réduite par rapport à la zone la plus large de l’aquarium. On peut donc considérer la boule comme un endroit où le poisson risque rapidement de manquer d’oxygène. Second point, la saleté de l’eau. Plus l’aquarium est petit, plus chaque changement dans l’eau sera perçu comme une variation importante : température, saleté… Si la température de la pièce chute rapidement, il en ira de même pour l’eau du bocal ! Il est bien plus facile pour dix litres d’eau de baisser de quelques degrés que pour 240. Quant à la saleté, le poisson rouge est par nature un poisson pollueur. La concentration de ses déchets dans dix litres est là encore importante, leur décomposition entraîne la présence d’ammoniac et de nitrites, toxiques pour Bubulle.

Le bocal est donc déjà physiquement une prison faite de souffrance pour le poisson rouge. Mais ce n’est pas tout ! Sa petite taille, son absence de cachette (vous essaierez de caser des cachettes dans une minuscule sphère) et sa forme ronde justement (le poisson n’a pas de cachette, est observable de partout…) entraîne un grand stress au quotidien. Hors le stress, comme chez toute créature animale, entraîne des maladies, une moins grand résistance… Et puis là encore, on est loin d’un cadre de vie optimal. Enfin, le poisson rouge est grégaire. Oui, comme un cheval, un zèbre ou une antilope. C’est à dire qu’il vit habituellement en groupe, dans lequel il se sent bien et côtoie des congénères (d’autres poissons rouges, évidemment). Dans un bocal, le poisson rouge est isolé, sans la moindre compagnie… et l’isolement, Bubulle risque de mal le vivre. Combiné aux autres facteurs, il va de soit que sa durée de vie risque d’être bien trop courte… et malheureuse.

Donc, pourquoi le bocal est-il une forme de maltraitance ?

Par manque d’espace, Bubulle se nanifie, ses organes sont déformés, il souffre.

Le manque d’oxygène et la présence de déchets dans l’eau l’empoisonnent petit à petit. Là encore, il souffre.

Le stress est important dans un espace rond, trop petit et dépourvu de cachettes. Il développe ainsi beaucoup plus facilement des maladies qui le feront souffrir, voire mourir.

Il est isolé et ceci est source de souffrance pour lui. Dans le cas où deux Bubulles seraient présents, il ne sera pas seul mais les autres facteurs seront multipliés par deux. (Forcément.)

Bah le mien a vécu vieux, il a quand même tenu cinq ans.

Déjà « tenu cinq ans ». Comment dire, le poisson rouge n’est pas sensé « tenir » cinq ans mais bien et bien vivre une trentaine d’années. Cinq années pour un poisson rouge, c’est un peu comme vivre quinze ans pour un être humain. Ce n’est pas grand-chose. Vous viendrait-il à l’idée de dire que votre chien a « tenu deux ans et demi » ? J’imagine que non, ou cela choquerait les oreilles de ceux qui vous écouteraient. Le poisson rouge a une espérance de vie de trente ans dans des conditions de vie décentes. Simplement, parce qu’il « ne s’agit que d’un poisson » et parce qu’il coûte seulement 1€50 en animalerie (et qu’il est d’une solidité affolante), il ne connaît bien souvent qu’une vie brève pavée de souffrances.

Le poisson rouge est actuellement reconnu comme une espèce domestique dans de nombreux pays, ce qui inclut un lieu de vie décent. En Suisse par exemple, la vente de bocal est strictement interdit dans l’optique d’y mettre un poisson rouge (ou autre animal d’ailleurs).

Je termine par un petit mot : S’il vous plaît, ne pensez pas qu’il s’agit d’exagérations, d’enquiquineurs ou autre. L’aquariophilie, les poissons, les poissons rouges… Il ne s’agit pas simplement d’un loisir mais aussi d’une responsabilité. Du moment que vous accueillez chez vous des créatures vivantes, qu’il s’agisse de mammifères, d’ovipares, d’insectes ou que sais-je, ces animaux sont sous votre responsabilité et leur vie vous est confié. Pour beaucoup, la vie d’un poisson est dérisoire ; cependant, elle vaut tout autant qu’une autre. Là où Bubulle mérite de vivre dans un bassin avec des copains, de l’espace et de l’eau froide l’hiver pour hiverner, d’autres poissons méritent également une lecture rapide de leur condition de maintenance.

Peixe010euesource : Luis Miguel Bugallo Sánchez (https://commons.wikimedia.org/)
Rendez-vous sur Hellocoton !0 cavalier en herbe n'a aimé article pour l'instant.

2 Replies to “(#001) Bavardage – De la maltraitance animale : plaidoyer pour le poisson rouge.”

  1. Je me souviens avoir été scandalisée quand ma grande soeur avait des poissons dans un bocal .. Qui ne vivaient pas très longtemps d’ailleurs. Je lui ai montré à quoi un poisson rouge devrait ressembler, & à quoi avaient ressemblé les siens. Elle n’a plus jamais repris de poissons, mais dès que je le peux je transmets aux gens qu’un bocal pour un poisson c’est de la maltraitance & mine de rien, le message passe pas trop mal si on tombe pas sur des gens qui te balancent pas que t’es « juste une Brigitte Bardot » !

    1. Je suis contente de voir que des gens s’offusquent des conditions de vie de poissons rouges (ou pas rouges d’ailleurs, beaucoup d’autres poissons vivent des des conditions catastrophiques) ! 😀 Beaucoup sont surpris de découvrir que les poissons rouges, bah mine de rien ça devient grand comme animal et que oui, ça vit longtemps ! Malheureusement ils subissent simplement les images véhiculées sur eux n’importe où (même dans les dessins animés pour enfants, c’est dire : on est persuadé de tout savoir sur le poisson rouge et ce qu’il lui faut dés nos plus jeunes années). En tout cas, je ne peux que t’encourager à continuer à transmettre ce message ! o/ Longue vie aux poissons heureux !

Laisse ton avis !