(#011) Bavardage – Pour le respect de l’ignorance et l’encouragement de l’apprentissage.

Learning

Je flânais une fois de plus sur les forums l’autre jour et je suis de nouveau tombée sur des signes flagrants du non-respect de certains – de beaucoup – envers l’ignorance. Mais s’il est interdit d’ignorer, la situation risque rapidement de devenir compliquée. Intenable même. Je m’explique. Il faut déjà séparer ignorance naturelle (on ne peut pas tout savoir et on apprend chaque jour) et ignorance volontaire (celui qui sait parfaitement qu’il ne sait pas, qu’il est dans l’erreur, mais qui ne fait rien pour y remédier). Personnellement, j’ignore les personnes du second groupe. Souhaiter rester dans son erreur sans jamais chercher à se dépasser, sans vouloir apprendre et progresser… ça ne m’intéresse pas, et la situation est souvent stérile. Autant bavarder avec un mur, on en retirerait davantage.

La première catégorie est à mon sens celle que je croise le plus. (Ou peut-être que j’y fais davantage attention ? Aller savoir… À force de fuir les gens de la seconde, je finis par ne même plus les remarquer.) Et c’est également celle la plus représentée sur les forums. Pourquoi s’inscrire sur un forum et poser des questions si c’est pour ensuite ignorer les réponses ? Une majorité des membre sont là pour vraiment échanger, proposer, apprendre, découvrir. Certaines discussions sont parfois tendues quand deux entrent en désaccord mais bien généralement, l’échange est enrichissant pour les uns comme pour les autres. Ou du moins ça devrait l’être.

Si on part du principe que chacun est là pour discuter poliment, exposer son propre point de vue et… apprendre, s’enrichir, on devrait avoir des discussions merveilleuses ! Je parlais de l’importance de la lecture mais l’échange vient juste en deuxième position selon moi. Lire c’est bien, ça permet de se constituer une petite base de connaissance et se forger un avis avec l’argumentaire qui va avec et qui permet de le justifier. Échanger, c’est défendre son point de vue mais aussi en découvrir d’autres, le tout en temps réel. Et là où un bouquin ne pourra jamais vous répondre pour vous montrer que si, il a raison de penser comme ci ou comme ça, la personne avec qui vous discutez à le moyen de le faire. Utile pour ne pas non plus s’enfermer dans une boucle monotone d’engrangement de connaissances.

Je ne suis pas parvenue à retomber sur le topic qui m’a inspiré cet article mais je l’ai trouvé plutôt violent côté réponse. Une demoiselle posait simplement une question à propos d’un mors (sujet un peu chaud avec les dernières tendances équestres, vous vous doutez bien : lynchez-moi cette utilisatrice de mors que voici ! Et violemment s’il vous plaît.). Elle demandait plus exactement la différence qu’il pouvait y avoir entre un mors X et un second Y. Question innocente, pouvant aisément correspondre à un désir de comprendre. Peut-être qu’elle souhaitait utiliser l’un des deux sur son cheval, ou peut-être qu’elle l’avait vu sur un autre équidé en compétition. Ou peut-être qu’on le lui avait conseillé et qu’elle doutait de l’utilité. Ou peut-être qu’elle était juste intriguée par leur fonctionnement. Allez savoir. Sans précision de contexte, impossible de deviner le pourquoi de la question. D’ailleurs, peut-être que ça ne regarde même pas les autres membres du forum. Pourtant, les réponses n’ont pas tardé à suivre, toutes d’une agressivité sous-jacente assez incroyable. Et vas-y qu’on en venait à la maltraitance animale, que ça ne devait pas être utilisé par les débutants, qu’il fallait qu’elle réfléchisse bien, qu’on ne le lui conseillait surtout pas… STOP ! STOP. Stop. On se calme. On se détend. On relit le sujet : mademoiselle voulait juste connaître les effets et la différence entre deux mors. Il n’y a aucune maltraitance ou je ne sais quoi là-dedans. Et d’ailleurs, son niveau équestre n’étant indiqué nul part, inutile de partir du principe qu’elle était forcément une grande débutante incapable de contrôler un pauvre cheval profiteur à fond, avec escalade de la sévérité du matériel… On se détend les amis, c’était une simple question.

À partir du moment où 1) on refuse de donner une réponse 2) on se permet de faire la leçon avec une agressivité palpable, que l’on m’explique l’intérêt d’un lieu d’échange ? N’avons-nous pas le droit d’apprendre ? De poser des questions ? Peut-être que la demoiselle souhaitait vraiment utiliser l’un des deux mors… Oui, c’est possible. On notera cependant que même si c’était le cas, elle aurait pris la peine de se renseigner avant, de comparer, de voir les avis des uns et des autres puis d’agir en connaissance de cause. (Je précise que je ne donne ici aucun avis personnel sur l’utilisation ou non de mors ou autre matériel équestre.)

Ceci était un exemple pour illustrer l’agressivité que l’on retrouve un peu partout sur Internet et même ailleurs. L’ignorance est interdite aujourd’hui, rendue honteuse par des gens qui souvent sont loin d’être parfaits non plus. Tu fais une bêtise ? On te regarde comme la dernière des monstruosités. « Oh mon Dieu, mais se rend-t-elle compte qu’elle est horrible avec Pompon/le voisin/sa voiture/sa chenille/son muret/son champignon ? » Tout est sujet à jugement (négatif) qui n’apporte rien si ce n’est à faire culpabiliser. Je suis tombée sur un forum (aquariophile cette fois-ci, mais c’est pareil) où une jeune maman venait d’avoir deux poisson rouges à la foire avec ses enfants. Deux poissons rouges dans cinq litres, c’est trop peu. Beaucoup s’en fichent (ce n’est qu’un poisson ! S’il meurt, Jardiland et c’est reparti!) mais certains se renseignent. Bref, cette charmante madame s’est inscrite sur un forum, a présenté la situation… Déferlant d’aquariophiles en furie hurlant pour le respect de l’animal et patati et patata. Les gars… combien parmi vous ont débuté l’aquariophilie en quittant l’animalerie la plus proche avec l’aquarium de 10-20 litres sous un bras, Bubulle et Bubulle 02 sous l’autre ? Combien ? Beaucoup. Oui depuis vous avez appris mais fut un temps, vous étiez comme cette jeune maman : ignorants. Et peut-être qu’il y a eu Bubulle 03, 04 voire 05 avant que vous ne vous penchiez un peu plus sur la question. Qui est le plus en tort ici ? La p’tite maman qui se renseigne directement ou vous ? Vous lui reprochez des erreurs que vous avez vous même fait au début ? Mais c’est… injuste…! Et devant tant d’agressivité, la jeune mère n’a plus répondu. Culpabilisée comme elle l’a été, je la comprends fortement. En attendant, elle ira sans doute demander conseil aux vendeurs qui bien souvent – pas toujours – n’en savent pas plus que Pierre, Paul ou Jacques sur les poissons, et n’ira plus sur les forums. À quoi bon si c’est pour obtenir des réponses – oui, certes ! – dans une telle atmosphère ? En lui parlant de cette manière, c’est son ignorance de débutante, de celle qui découvre quelque chose, qu’on lui interdit. Et des exemples, il y en a des dizaines en permanence, sur Internet mais aussi IRL. Quelqu’un ne sait pas faire quelque chose et c’est bon, on le prend pour le dernier des boulets, un crétin sans doute pas très intelligent : après tout, ne sait-il donc pas qu’un nœud d’écurie se fait comme ceci, qu’on douche un cheval comme cela, que tel truc se trouve ici ? Est-elle bête au point de penser que des poissons rouges peuvent vivre dans un bocal ? Tout ça, c’est ce qu’on se dit devant l’ignorance involontaire en permanence. Et ça n’aide personne. Celui qui sait est agacé devant tant de manque de connaissances (enfin « tant »…), l’autre se sent idiot, inutile, voire coupable, ou agacé aussi (comment pourrait-il savoir tout ça?) et il risque au mieux de chercher par lui-même et d’apprendre potentiellement quelque chose de faux ou de tenter quelque chose de dangereux en improvisant avec les moyens de bord et son savoir partiel. Tous perdants.

L’ignorance, quand elle est normale… est normale justement ! Ce n’est pas mal de ne pas savoir ! C’est mal de ne pas chercher à savoir quand on devrait le faire. Notons la nuance aussi énorme qu’un précipice ici. Rappelons-nous que l’on est tous l’idiot de quelqu’un : il y aura toujours une personne qui en saura plus que nous et une autre qui en saura moins. Autant apprendre de celle qui sait et apprendre à celle qui ne sait pas. Ce sera beaucoup plus constructif plutôt que de s’enfermer dans sa propre suffisance. J’en ai assez de ce mépris partout. J’en ai assez des jugements hâtifs. J’en ai assez que l’apprentissage soit bloqué par l’agressivité et la certitude d’être meilleur que les autres parce que nous, on sait. On veut tous savoir, et on veut tout savoir. Alors autant s’y mettre à plusieurs pour y arriver. Autant aider celui qui ne sait pas à savoir : il finira par en savoir autant que nous et alors on pourra échanger agréablement (ou utilement, s’il n’est pas du même avis que nous). Mais avant… il faut apprendre. Alors apprenons des autres, et apprenons aux autres.

Rendez-vous sur Hellocoton !2 chevaliers sympas ont aimé cet article !

5 Replies to “(#011) Bavardage – Pour le respect de l’ignorance et l’encouragement de l’apprentissage.”

  1. Tout à fait d’accord, ça ne sert à rien de dire que quelque chose est mal sans expliquer (poliment) pourquoi. Et ce n’est pas parce qu’une personne pose une question qu’elle est forcément idiote et ignorante. Au contraire, elle a l’intelligence de se remettre en question et de chercher de meilleures solutions. Même si certaines questions nous paraissent effrayantes d’ignorance (quand tu lis une question de quelqu’un qui monte son poulain d’un an par exemple), juger ne permet pas de résoudre le problème!

  2. J’adore l’article. Tout à fait vrai!!!

    Avec tous ces groupes facebook, on en voit de toutes les couleurs. Parfois même trop. Je trouve cela inacceptable de se permettre de dénigrer à ce point le fait de ne pas savoir, de poser des questions (parfois perçu «niaiseuses»)….

    Nous avons tous commencé en ne sachant absolument rien. Et on apprend à marcher avant de courir, donc pourquoi ce ne serait pas accepté et acceptable d’assumer son ignorance et son envie d’apprentissage?…

    En tout cas, super article. Je le partage!

    1. Si seulement plus de gens pensaient ainsi, ça serait tellement… reposant. ♥
      C’est vrai que certaines questions sont parfois très surprenants (même naïves, voire un peu idiotes) mais généralement, si une personne se la pose (et ose chercher la réponse), quinze autres se demandent la même chose derrière, en silence. On revient un peu à ce que disait la maîtresse en primaire : « Mais les enfants, il n’y a pas de question bête ! » On devrait tous se souvenir de ça. xD

  3. J’adore ton article! J’ai déjà essayé d’en écrire un sur le sujet, mais je n’ai pas vraiment réussi… Tu as parfaitement décris le problème. Il semble qu’avec les chevaux, on n’ait plus le droit d’être débutant! Pourtant, sans débutants plus d’équitation 🙂

  4. […] Celui-ci, car je reste intimement convaincue de son contenu. […]

Laisse ton avis !